Acheter en ligne

Alcool, tabac, médicaments : quel impact pour le bébé allaité ?

Alcool, tabac : quel impact pour votre bébé ?

impact alcool tabac

Vous l’aurez compris, bien manger et bien s’hydrater pendant l’allaitement est primordial. Vous allaitez votre bébé et souhaiteriez boire un petit verre d’alcool pour célébrer une occasion particulière ? Vous fumiez, habituellement ? Quel impact cela peut-il avoir sur la qualité de votre lait et la santé de votre bébé ? Et qu’en est-il des médicaments, si vous venez à tomber malade au cours de l’allaitement ? On répond à toutes vos questions !

Certaines substances (alcool, tabac,…) altèrent la qualité de votre lait

Certaines substances peu recommandées telles que l’alcool ou le tabac passent dans le lait… Le mieux est d’éviter de les consommer bien sûr !

Dans le cas du café comme du thé, il est recommandé de limiter leur consommation à 3 tasses maximum par jour et d’éviter les autres excitants associés (sodas…). En effet, au-delà de cette quantité, la caféine qui passe dans le lait maternel peut entraîner une hyper excitabilité de votre bébé.

Préférez la tisane d’allaitement pour vous hydrater, qui participera à maintenir une bonne lactation, sans risquer d’impacter la santé de votre tout-petit !

BON À SAVOIR

Si la composition nutritionnelle du lait maternel en elle-même n’est pas modifiée, l’alcool que vous consommez passe dans votre sang et se retrouve à un taux similaire dans votre lait, ce qui aura des conséquences sur le développement de votre tout-petit. Par ailleurs, des études ont démontré que la consommation d’alcool pendant l’allaitement réduit la production de lait et, s’il est bu en grande quantité, diminue le réflexe d’éjection. 

Bien sûr, si vous avez une occasion particulière à fêter, faites-vous plaisir en trinquant avec votre famille ou vos amis… en prenant les précautions nécessaires ! Limitez la quantité d’alcool bue à un verre, prenez l’apéro après avoir nourri votre bébé, évitez tout alcool fort, et attendez au minimum deux heures après un verre de bière ou de vin pour mettre à nouveau votre bébé au sein.

Tabac : si vous ne parvenez pas à vous en passer pendant l’allaitement

Vous avez eu du mal à arrêter de fumer pendant votre grossesse ? Vous n’avez pas réussi ou êtes parvenue à arrêter mais le manque est trop important maintenant ? 

Bien sûr, il est préférable de ne pas fumer pendant l’allaitement, mais sachez que le tabagisme n’est pas une contre-indication à nourrir votre tout-petit au sein.

Si vous fumez pendant la période de votre allaitement, il convient de prendre certaines précautions :

  • Donnez la tétée avant de fumer.
  • Fumez toujours à l’extérieur, ou tout au moins hors de la présence de votre enfant, pour éviter au maximum les nuisances pour votre bébé. En effet, la fumée de tabac dans l’air ambiant est tout aussi nocive pour lui, voire plus, que la nicotine qui passera dans votre lait maternel.
  • Ne faites pas dormir votre bébé dans la chambre d’un fumeur, même s’il ne fume pas dans cette pièce.

Sachez tout de même que la diminution de votre consommation de cigarettes ne suffit pas, il conviendrait idéalement d’arrêter complètement, pour votre santé comme pour celle de votre bébé.

S’il vous est difficile de parvenir toute seule à arrêter de fumer, n’hésitez pas à vous adresser à des professionnels de santé spécialisés, sage-femme ou médecin tabacologue qui sont là pour vous aider.  Il est en effet possible de proposer un traitement de substitution même pendant la grossesse et l’allaitement.

Discutez-en avec la personne qui vous suit, elle pourra vous conseiller ou vous adresser à la consultation de tabacologie spécialisée pour les femmes enceintes ou allaitantes la plus proche de votre domicile. 

Enfin, que vous allaitiez ou non, le tabagisme passif du bébé augmente le risque de mort inattendue du nourrisson (longtemps appelée mort subite du nourrisson), et de maladies ORL et broncho-pulmonaires. La règle d’or des parents fumeurs est de ne jamais fumer dans le logement et de penser à l’aérer très régulièrement.

LE SAVIEZ-VOUS ?

La nicotine diminue votre taux de prolactine (hormone qui déclenche la production de lait) et a un impact sur le réflexe d’éjection (votre lait s’écoule moins bien du sein). Les mamans qui fument allaitent donc en général moins longtemps que celles qui se passent de tabac pendant cette période, car elles font plus vite face à une baisse de lactation .  

Quel est l’impact de la prise de médicaments pendant l’allaitement ?

Durant l’allaitement, tout ce que vous mangerez ou boirez sera automatiquement transmis à votre enfant via le lait maternel. C’est la raison pour laquelle durant la période où vous allaitez votre bébé, il est recommandé d’éviter l’automédication. En effet, certains médicaments peuvent avoir des effets nocifs pour la santé du bébé.

Migraines, maux de ventre, mais aussi infection urinaire ou encore infection mammaire… Les femmes qui allaitent ne sont pas à l’abri de quelques maladies ou d’un virus qui circulerait. 

Si la plupart des médicaments peuvent être pris lorsque vous allaitez, par précaution, il vaut mieux toujours consulter votre médecin ou votre sage-femme, qui saura vous prescrire le traitement qui convient le mieux à votre situation. Par ailleurs, il ou elle saura vous rassurer sur son innocuité, ou choisira une alternative thérapeutique plus compatible avec l’allaitement. Attention, toutes les plantes ne sont pas inoffensives, ne vous tournez pas vers la phytothérapie sans un avis médical !

Vous avez encore des doutes sur l’allaitement ?

Partager cet article :

Avez-vous aimé cet article ?

0% des parents ont aimé cet article !