Acheter en ligne

Les règles et la contraception pendant l'allaitement

Tout savoir sur le retour de couches & la contraception pendant l'allaitement.

contraception et allaitement

Quel bonheur de ne pas avoir de règles pendant 9 mois ! La grossesse est en effet synonyme de pause dans vos cycles menstruels. Une fois l’accouchement et les saignements des suites de couches (appelés lochies) passés, votre corps va progressivement retrouver des cycles hormonaux et menstruels habituels. Ce que l’on nomme le « retour de couches » correspond tout simplement au retour des règles après l’accouchement. Quand survient-il en moyenne ? Est-ce que le fait d’allaiter votre bébé change quelque chose à la durée du post-partum sans règles ? Quel impact sur la contraception ? Tour d’horizon.

Retour de couches et allaitement

Le retour de couches survient en général 6 à 8 semaines après la naissance du bébé chez les mamans qui n’allaitent pas. En cas d’allaitement, il est plus tardif et varie beaucoup d’une femme à l’autre : certaines auront à nouveau leurs règles alors même qu’elles allaitent encore, alors que d’autres ne les auront que bien après avoir sevré leur bébé.

Quel impact l’allaitement a-t-il sur le retour de couches ?

Votre corps fabrique une hormone, la prolactine, qui déclenche et maintient la production de lait maternel après l’accouchement. Chez les femmes qui n’allaitent pas, le taux de prolactine revient à la normale en moins de deux semaines après la naissance du bébé.

Chez les jeunes mamans qui ont fait le choix d’allaiter, les tétées stimulent la sécrétion de prolactine, qui a aussi pour particularité d’inhiber l’ovulation. Et sans ovulation, pas de règles ! C’est pourquoi de nombreuses femmes ont leur retour de couches au moment où le nombre de tétées diminue : soit parce qu’elles passent à un allaitement mixte, soit parce qu’elles ont décidé de sevrer leur bébé, ou encore parce que la diversification alimentaire a commencé.

Attention, la date de vos premières règles après l’accouchement ne marque pas la reprise de votre fécondité. L’ovulation intervient en effet… avant les règles ! Par ailleurs, le temps que la remise en route d’un cycle menstruel se fasse dans votre corps, il est possible que vous ovuliez sans que cela s’ensuive de saignements.

Cela signifie donc que vous pouvez tomber enceinte même si votre retour de couches n’a pas encore eu lieu. Si vous ne souhaitez pas être enceinte trop vite après la naissance de votre bébé, il est important de penser au moyen de contraception qui répondra le mieux à vos attentes.

Contraception et allaitement

On entend bien souvent que l’allaitement est un moyen naturel de contraception. Qu’en est-il ?

La méthode MAMA : une contraception fiable ?

La méthode de l’allaitement maternel et de l’aménorrhée (ou méthode MAMA) se base sur le fait, qu’en théorie, la sécrétion de prolactine chez la mère entraînée par l’allaitement du bébé, a pour effet de bloquer l’ovulation.

Néanmoins, comme vous le verrez ci-dessous, ce mode de contraception est intimement lié au nombre de tétées. Dès qu’il diminue, la fiabilité de cette contraception décline. Après le cycle de retour de couches, ou si les conditions relatives à cette méthode ne sont pas toutes remplies avant le retour de couches, une ovulation est possible. C’est pourquoi l’allaitement exclusif n’est pas considéré comme une méthode de contraception fiable à 100%.

Il est conseillé de consulter votre sage-femme, votre gynécologue ou votre médecin pour choisir une contraception compatible avec l’allaitement (pilule, implant ou stérilet-DIU).

Dans quels cas l’allaitement peut-il être contraceptif ?

L’allaitement, ou méthode MAMA, peut représenter un mode de contraception efficace, si, et seulement si, certaines conditions bien précises sont toutes réunies :

  • Votre tout-petit a moins de 6 mois et vous le nourrissez exclusivement au sein,
  • Vous ne laissez pas plus de 6 heures entre deux tétées,
  • Vous allaitez votre bébé au moins 6 à 10 fois par jour, et avec des tétées nocturnes,
  • Vos cycles menstruels n’ont pas repris.

Dans ce cas uniquement, il semblerait que l’allaitement ait effectivement un effet contraceptif équivalent à celui d’une pilule ou d’un stérilet. Quand toutes les conditions sont remplies sans exception, on estime son efficacité à 98%.

Quelle contraception pendant l’allaitement ?

Il n’y a pas de reprise de l’ovulation avant le 21ème jour du post-partum. Vous n’avez donc pas besoin de contraception avant ce délai. Tour d’horizon des différents modes de contraception possibles pendant l’allaitement :

1. Contraceptifs hormonaux :

  • Les progestatifs (pilule, implant sous-cutané, injection intramusculaire) peuvent être utilisés à partir de 21 jours après l’accouchement. La pilule contraceptive microdosée peut-être prise quatre à six semaines après l’accouchement, le temps de bien mettre en place l’allaitement, et idéalement sept jours avant la reprise des rapports sexuels [Lien article Allaitement : et votre couple, dans tout ça ?]. Pensez à bien la prendre à heure fixe.
  • Les estroprogestatifs (pilule, anneau vaginal, patch transdermique) ne sont pas recommandés dans les 6 mois suivant l’accouchement. En effet, les hormones contenues dans ce type de contraception ont un impact sur la qualité et la quantité de lait maternel produit : des études ont montré un impact plutôt négatif sur la poursuite de l’allaitement exclusif en cas d’utilisation de contraceptions estroprogestatives.
  • Dispositifs intra-utérins (stérilet hormonal ou au cuivre) : ils peuvent être posés à partir de 4 semaines après l’accouchement, après avoir évalué et écarté un risque infectieux.

2. Méthodes barrières :

  • Les préservatifs (masculins ou féminins) sont possibles juste après la naissance.
  • Diaphragme, cape cervicale, ou spermicides sont utilisables 6 semaines après l’accouchement. Il convient de vérifier au préalable la compatibilité des gels spermicides avec l’allaitement. N’hésitez pas à demander conseil à votre gynécologue ou votre sage-femme.

BON À SAVOIR

Les contraceptifs qui libèrent des hormones dans votre corps peuvent éventuellement entraîner une baisse de la lactation ou de la libido. N’hésitez pas à en discuter avec votre gynécologue ou votre sage-femme, afin de déterminer ensemble le moyen de contraception qui répondra le mieux à vos attentes

Sources :

http://www.ameli-sante.fr/grossesse-laccouchement-et-les-premiers-jours-de-bebe/prendre-soin-de-soi-apres-laccouchement.html?xtmc=contraception%20allaitement&xtcr=3

https://www.has-sante.fr/jcms/c_1369193/fr/contraception-chez-la-femme-en-post-partum

Partager cet article :

Avez-vous aimé cet article ?

0% des parents ont aimé cet article !