Acheter en ligne Allô 24h/24
Naissance par césarienne
  1. Accueil
  2. Naissance par césarienne

Naissance par césarienne

L’accouchement par césarienne

Un bébé sur 5 naît en France par césarienne1. Si c’est votre cas ? Cette expérience particulière partagée ensemble avec votre bébé marque le début de votre histoire commune à tous les deux ! Bébé et vous êtes en bonne santé, rassurez-vous ! De nouvelles aventures sont à venir…

Césarienne et dysbiose

La césarienne est un acte chirurgical maîtrisé qui concerne 20% des naissances en France1 . Elle peut être programmée ou réalisée en urgence lorsque l’accouchement représente un risque pour la maman et/ou le bébé. La césarienne est un facteur de risque de dysbiose2.

Le tube digestif héberge en permanence un ensemble de bactéries que l’on appelle Microbiote Intestinal. Celui-ci se met en place dès la naissance pour atteindre sa maturité vers l’âge de 2-3 ans. Il comprend environ 100 billions de bactéries, parmi lesquelles on distingue des bonnes bactéries, et des bactéries potentiellement pathogènes. L’équilibre entre ces bactéries contribue au bon état de santé. Lorsque cet équilibre est perturbé, on parle de dysbiose !

 

Dans le ventre de la maman, le tube digestif de bébé est stérile en conditions normales.  A la naissance, il est colonisé par les bactéries présentes dans le microbiote fécal et vaginal de la maman et par les bactéries présentes dans l’environnement encadrant la naissance2.

Un bébé né par voie basse héberge un microbiote intestinal différent de celui d’un bébé né par césarienne : le microbiote intestinal du nourrisson né par césarienne présente initialement une diversité bactérienne réduite et un retard d’implantation des bonnes bactéries issues du microbiote maternel2-4. On parle de dysbiose ou déséquilibre du microbiote intestinal ! Ces différences de composition peuvent persister durant la 1ère année de vie de bébé2-4.

La naissance par césarienne semble impliquée comme facteur de risque de nombreuses pathologies : allergie, obésité, diabète5-8… N’hésitez pas à en parler avec votre professionnel de santé.

  1. Enquête nationale périnatale – Rapport 2016. Les naissances et les établissements. Situation et évolution depuis 2010. NSERM et DREES. 2017
  2. Butel et al., Journal of Developmental Orignis od Health and Disease 2018
  3. Dominguez-Bello et al., Delivery mode shapes the acquisition and structure of the initial microbiota across multiple body habitats in newborn, PNAS | June 29, 2010 | vol. 107 | no. 26 | 11971–11975s
  4. Backhed et al., Dynamics and stabilization of the human gut microbiome during the first year of life. Cell Host & Microbe. 2015; 17, 852
  5. Neu & Rushing. Cesarean versus Vaginal Delivery: Long term infant outcomes and the Hygiene Hypothesis. Clin Perinatol. 2011 June ; 38(2): 321–331.
  6. Renz-Polster H, David MR, Buist AS, et al. Caesarean section delivery and the risk of allergic disorders in childhood. Clin Exp Allergy. 2005; 35(11):1466-72
  7. Wen & Duffy. Nutr 2017;147(Suppl):1468S–75S
  8. Rytayisire et al., BMC Gastroenterology, 2016
Partager cet article :

Besoin
d'un conseil ?

Des experts à votre écoute

Allô Laboratoire Gallia 24h/24 7j/7
AVIS IMPORTANT : Le lait maternel est l'aliment idéal et naturel du nourrisson : il est le mieux adapté à ses besoins spécifiques. Une bonne alimentation de la mère est importante pour la préparation et la poursuite de l'allaitement au sein. L'allaitement mixte peut gêner l'allaitement maternel et il est difficile de revenir sur le choix de ne pas allaiter. En cas d'utilisation d'une préparation infantile, lorsque la mère ne peut pas ou ne veut pas allaiter, il importe de respecter scrupuleusement les indications de préparation et d'utilisation et de suivre l'avis du corps médical. Une utilisation incorrecte pourrait présenter un risque pour la santé de l'enfant. Les implications socio-économiques doivent être prises en considération dans le choix de la méthode d'allaitement.