Acheter en ligne Allô 24h/24
L’intérêt des probiotiques et prébiotiques pour contribuer à l’immunité du bébé
  1. Accueil
  2. Santé de bébé
  3. L’intérêt des probiotiques et prébiotiques pour contribuer à l’immunité du bébé

L’intérêt des probiotiques et prébiotiques pour contribuer à l’immunité du bébé

Que sont les probiotiques et les prébiotiques ? Comment contribuent-ils au fonctionnement du système immunitaire du bébé ? Explications !

Comme nous l’avons vu dans notre article, le microbiote intestinal (anciennement appelé flore intestinale) contribue au bon fonctionnement du système immunitaire du bébé.  Que sont les probiotiques et les prébiotiques ? Quels rôles jouent-ils sur l’équilibre du microbiote intestinal ? Où les trouve-t-on ? Décryptage.

Probiotiques et prébiotiques : quelle différence ?

Commençons par rappeler la différence entre ces biotiques, tous deux étant étroitement liés et ayant un impact positif sur le microbiote intestinal :

  • Les probiotiques sont des micro-organismes vivants, que l’on retrouve dans l’alimentation (notamment dans le lait maternel, dans les yaourts, ou dans des compléments alimentaires, et qui, une fois ingérés en quantité appropriée, engendrent un effet bénéfique sur la santé, en agissant comme de « bonnes bactéries » au sein du microbiote intestinal.
  • Les prébiotiques, quant à eux, sont des fibres contenues dans l’alimentation (lait maternel, formules infantiles, fruits, légumes, céréales, légumineuses…) qui, une fois arrivés dans l’intestin de votre enfant, vont « nourrir » les bonnes bactéries de son microbiote intestinal, leur permettant de se développer.

Les prébiotiques ont ainsi un effet bénéfique sur la santé.

Probiotiques : différentes souches pour différents bénéfices

De manière générale, chez un bébé en bonne santé et qui a une alimentation variée et équilibrée, les bonnes bactéries sont suffisamment présentes dans l’intestin. Ainsi, les bébés ont habituellement un microbiote intestinal dit équilibré, qui contribue au bon fonctionnement de leur système immunitaire.

Cependant, si, par exemple, votre bébé présente des troubles digestifs (coliques, diarrhée…) ou autres signes d’un déséquilibre du microbiote intestinal suite à une maladie ou à un traitement antibiotique, votre pédiatre vous donnera peut-être des conseils alimentaires pour renforcer son microbiote intestinal. Certains probiotiques par exemple, peuvent venir renforcer sa flore intestinale de manière temporaire, afin d’y rétablir l’équilibre entre bonnes et mauvaises bactéries.

Il est bel et bien nécessaire d’avoir l’avis d’un professionnel de santé, car il existe des centaines de milliers de souches différentes ! Et s’il y a une formule simple à retenir en matière de probiotiques, la voici :

1 probiotique = 1 souche = 1 bénéfice.

Ainsi, le médecin pourra, en fonction des symptômes de votre enfant, vous indiquer la ou les souches les mieux appropriées, ayant démontré leur efficacité. Par exemple, il optera pour la souche Lactobacilus reuteri[1] si votre bébé présente des coliques du nourrisson, ou encore pour la souche Lactobacillus rhamnosus pour prévenir des diarrhées liées à la prise d’antibiotiques[2].

Prébiotiques : où les trouver ?

Le lait maternel contient des fibres prébiotiques, notamment des oligosaccharides (HMO). Pour les nourrissons non allaités, certains laits infantiles contiennent des Fructo-Oligosaccharides (FOS), et des Galacto-Oligosaccharides (GOS), qui contribuent à la bonne santé digestive des bébés[3].

En suivant les recommandations de votre pédiatre au sujet de la diversification alimentaire de votre bébé, une alimentation variée et équilibrée permettra l’apport de fibres prébiotiques.

10 aliments riches en prébiotiques

Une fois pleinement diversifié, vous pourrez proposer régulièrement ces aliments à votre enfant, particulièrement riches en fibres prébiotiques, lorsque la saison s’y prête :

  • l’asperge,
  • le poireau,
  • l’artichaut,
  • le salsifi cru,
  • le topinambour,
  • les légumineuses (pois chiches, haricots, lentilles…),
  • l’ail,
  • l’oignon,
  • la banane,
  • les framboises.

Sources

  • [1] Savino F, Pelle E, Palumeri E et al. Lactobacillus reuteri (souche 55730 de l’American Type Culture Collection) versus Simeticone dans le traitement des coliques du nourrisson : étude randomisée prospective. Pediatrics 2007; 119 :e124-e130.
  • Savino F, Cordisco L, Tarasco Vet al. Lactobacillus reuteri DSM 17938 in infantile colic: a randomised, double blind, placebo-controlled trial. Pediatrics 2010; 126:e526-e533.
  • Szajewska et al. Lactobacillus reuteri DSM 17938 for the management of infantile colic in breastfed infants : a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Pediatrics 2012
  • [2] Armuzzi et al, Alimentary and Pharmacology Therapy, 15, 163-169, 2001
  • Cremonini et al., American Journal of Gastroenterology, 11, 2744-2749, 2002
  • [3] Moro G et al. Dosage related bifidogenic effects of galacto-and fructooligosaccharides in formula-fed term infants. J Pediatr Gastroenterol Nutr 2002; 34:291-5.
  • Moro G et al. Effects of a new mixture of prebiotics on faecal flora and stools in term infants. Acta Paediatr Suppl. 2003 Sep;91(441):77-9.
Partager cet article :

Besoin
d'un conseil ?

Des experts à votre écoute

Allô Laboratoire Gallia 24h/24 7j/7
AVIS IMPORTANT : Le lait maternel est l'aliment idéal et naturel du nourrisson : il est le mieux adapté à ses besoins spécifiques. Une bonne alimentation de la mère est importante pour la préparation et la poursuite de l'allaitement au sein. L'allaitement mixte peut gêner l'allaitement maternel et il est difficile de revenir sur le choix de ne pas allaiter. En cas d'utilisation d'une préparation infantile, lorsque la mère ne peut pas ou ne veut pas allaiter, il importe de respecter scrupuleusement les indications de préparation et d'utilisation et de suivre l'avis du corps médical. Une utilisation incorrecte pourrait présenter un risque pour la santé de l'enfant. Les implications socio-économiques doivent être prises en considération dans le choix de la méthode d'allaitement.