Acheter en ligne Allô 24h/24
L’immunité du bébé renforcée après la vaccination
  1. Accueil
  2. Santé de bébé
  3. L'immunité du bébé renforcée après la vaccination

L’immunité du bébé renforcée après la vaccination

Alliés de taille pour le système immunitaire, les vaccins protègent votre enfant contre les maladies qu’il est susceptible de rencontrer pendant sa croissance. À partir de quel âge est-il recommandé de le faire vacciner ? Comment ce procédé agit-il pour renforcer son immunité ? Quelles sont les injections obligatoires ? La vaccination décryptée !

La vaccination : qu’est-ce que c’est ?

Vacciner votre enfant consiste en une injection d’un antigène dans son organisme, soit un virus dont l’effet nocif aura été atténué ou la transformation des cellules d’un virus en protéine qui sera attaqué par le système immunitaire. Un antigène est une substance étrangère à l’organisme susceptible de déclencher une réponse immunitaire spécifique visant à l’éliminer. Le but de cette pratique est de permettre à son petit corps de développer des défenses immunitaires spécifiques pour lutter contre la maladie en question. Ainsi, s’il est confronté à cette dernière au cours de sa vie, il sera en mesure de s’en défendre efficacement.

À noter que la durée de protection d’un vaccin varie d’une injection à l’autre, c’est pourquoi des rappels peuvent être nécessaires, pour stimuler la mémoire immunitaire de l’organisme, afin de prolonger son efficacité.

À partir de quel âge faire vacciner votre bébé ?  

À partir de l’âge de 2 mois, les enfants peuvent recevoir leur toute première vaccination. Celle-ci peut être faite par le médecin qui suit votre bébé ou par un.e sage-femme. Il est en général conseillé de planifier les rendez-vous en amont, pour respecter au mieux le calendrier vaccinal.

Pourquoi faire vacciner votre bébé ?  

Il est essentiel de protéger, via la vaccination, votre nourrisson des possibles maladies infantiles, pour les raisons suivantes :

  • Son entourage peut lui transmettre des maladies

Vous, parents, comme les autres enfants et adultes qu’il va côtoyer, êtes susceptibles de transmettre certains virus à votre tout-petit. Ce risque est plus important lorsqu’il est gardé en collectivité, même si les maladies infantiles bégnines peuvent aider au développement de son immunité acquise. Néanmoins, gardez en tête que son système immunitaire est particulièrement fragile pendant ses premières années de vie.

  • Les qualités protectrices de l’allaitement sont insuffisantes

Le lait maternel constitue la meilleure source d’alimentation du nourrisson, et est bénéfique pour l’établissement de son immunité. Malgré tout, l’allaitement n’est pas en mesure de fournir à lui seul tous les anticorps nécessaires pour lutter contre les maladies. La maman peut ne pas être immunisée contre certaines maladies, ne passant donc pas les anticorps à bébé.

  • Le stock d’anticorps maternels transmis pendant la grossesse diminue au fur et à mesure qu’il grandit

Jusqu’à leur 6ème mois en moyenne, les enfants bénéficient des anticorps de leur mère, transmis via le placenta au cours de la grossesse. Pour en apprendre plus sur le sujet, consultez notre article A la découverte du système immunitaire.

Comment les vaccins agissent-ils sur l’immunité de votre enfant ? 

Les injections reçues par votre nourrisson renforceront durablement son système immunitaire. En effet, elles constituent :

un relais de la protection maternelle

L’immunité transmise par sa mère pendant la grossesse et au cours de l’allaitement étant limitée dans le temps, le nourrisson doit apprendre à développer ses propres défenses immunitaires. Les vaccins sont pour cela une aide précieuse !

une arme pour se défendre contre de nouveaux virus

En faisant vacciner votre enfant, vous permettez à son organisme de s’entraîner à se défendre avec plus de facilité et d’efficacité, avec une réponse immunitaire adaptée, contre des maladies qu’il n’a pas encore rencontrées. Cela veut dire que le corps détectera facilement les marqueurs du pathogène et produira donc rapidement les armes pour se défendre car les cellules auront été entrainé lors du vaccin à reconnaître et atténuer le virus.

Quels sont les vaccins obligatoires pour votre bébé ?

En France, le Ministère des Solidarités et de la Santé a fixé à 11 le nombre des vaccins obligatoires pour les enfants. Les différentes injections doivent être effectuées en respectant le calendrier vaccinal suivant :

  • diphtérie : infection bactérienne nécessitant un vaccin à 2, 4 et 11 mois, avec un rappel à 6 ans.
  • tétanos : maladie bactérienne nécessitant un vaccin à 2, 4 et 11 mois, avec un rappel à 6 ans.
  • poliomyélite : infection virale nécessitant un vaccin à 2, 4 et 11 mois, avec un rappel à 6 ans.
  • coqueluche : infection respiratoire nécessitant un vaccin à 2, 4 et 11 mois, avec des rappels à 6 ans puis entre 11 et 13 ans.
  • rubéole : maladie contagieuse causé par un virus nécessitant un vaccin à 12 mois, puis une dose supplémentaire entre 16 et 18 mois.
  • hépatite B : maladie du foie nécessitant un vaccin à 2, 4 et 11 mois, avec un rappel à 6 ans. Si la mère est infectée par ce trouble à la naissance de son enfant, ce dernier doit être vacciné dans les 24h suivants sa venue au monde. Il recevra ensuite une seconde dose à 1 mois, puis une troisième à l’âge de 6 mois.
  • oreillons : maladie infectieuse nécessitant un vaccin à 12 mois, puis une dose supplémentaire entre 16 et 18 mois.
  • rougeole : maladie virale nécessitant un vaccin à 12 mois, puis une dose supplémentaire entre 16 et 18 mois.
  • pneumocoque : bactérie pouvant causer une otite, une sinusite ou encore une pneumonie. Elle nécessite un vaccin à 2 et 4 mois, avec un rappel à 11 mois.
  • méningocoque C : bactérie pouvant être responsable d’une méningite ou encore d’une septicémie (infection du sang et des organes). Elle nécessite un vaccin à 5 et 12 mois.
  • bactérie Haemophilus influenzae : bactérie pouvant causer de graves infections nécessitant un vaccin à 2, 4 et 11 mois, avec un rappel à 11 mois.

Le saviez-vous ?

Les données scientifiques recueillies par le Ministère des Solidarités et de la Santé sont formelles, les bébés sont en mesure de supporter plusieurs vaccins à la fois et cela n’est en aucun cas néfaste pour leur immunité. Injecter plusieurs vaccins en même temps permet à l’enfant d’être protégé plus rapidement et limite le nombre de piqûres, généralement peu appréciées par les petits (et les grands !).

Partager cet article :

Besoin
d'un conseil ?

Des experts à votre écoute

Allô Laboratoire Gallia 24h/24 7j/7
AVIS IMPORTANT : Le lait maternel est l'aliment idéal et naturel du nourrisson : il est le mieux adapté à ses besoins spécifiques. Une bonne alimentation de la mère est importante pour la préparation et la poursuite de l'allaitement au sein. L'allaitement mixte peut gêner l'allaitement maternel et il est difficile de revenir sur le choix de ne pas allaiter. En cas d'utilisation d'une préparation infantile, lorsque la mère ne peut pas ou ne veut pas allaiter, il importe de respecter scrupuleusement les indications de préparation et d'utilisation et de suivre l'avis du corps médical. Une utilisation incorrecte pourrait présenter un risque pour la santé de l'enfant. Les implications socio-économiques doivent être prises en considération dans le choix de la méthode d'allaitement.