Petits maux de bébé 7 minutes

Tout savoir sur les coliques de bébé

Petits maux de bébé 7 minutes

Tout savoir sur les coliques de bébé

separator-3df6e4a82f

Les coliques du nourrisson sont définies par l’existence de pleurs inconsolables, souvent associés à une agitation. Elles touchent 20% des nourrissons de moins de 4 mois. La durée de pleurs est variable d’un enfant à l’autre, pouvant parfois atteindre douze à quinze heures par jour.

Selon le Dr Morris Wessel, les “coliques du nourrisson”, aussi appelées “pleurs excessifs du nourrisson” correspondent à des pleurs durant plus de 3 heures par jour, pendant plus de 3 jours par semaine, depuis plus de 3 semaines.

Si votre bébé pleure, cela ne signifie pas forcément qu’il a faim ou qu’il a mal. Gardez bien en tête que les pleurs sont un des seuls moyens pour votre enfant de s’exprimer à cet âge et que la durée normale des pleurs chez le nourrisson est de 1 à 2h par jour par périodes cumulées.

Quelles sont les causes possibles des coliques ?

Si plusieurs raisons peuvent être identifiées avec l’aide du pédiatre du bébé, tels que des gaz intestinaux, des facteurs alimentaires (une intolérance au lactose ou une allergie aux protéines de vache, par exemple), un déséquilibre du microbiote intestinal (ou dysbiose), il existe aussi d’autres facteurs.

En effet, ce que l’on met derrière les « coliques du nourrisson » peut concerner différents types de pleurs, pas toujours liés à des troubles digestifs, contrairement à ce que ce terme pourrait laisser penser :

1. Des pleurs survenant systématiquement le soir

Ces « pleurs du soir », durant en moyenne 3h, surviennent généralement entre 18h et minuit. Ils se produisent chez de nombreux bébés et sont une réelle source d’anxiété pour les parents, qui se sentent souvent démunis après avoir tout tenté pour consoler leur nourrisson.

Pourtant, malgré la fatigue et le stress qu’ils peuvent générer chez vous, gardez en tête qu’ils ne sont pas le signe d’une maladie ou de douleurs ressenties par votre bébé ! Si vous l’avez nourri, changé, bercé, câliné, promené et que rien n’y fait, il n’y a malheureusement rien d’autre à faire que de prendre votre mal en patience, en restant présents pour votre bébé… Si cela est trop difficile pour vous, ou que vous n’avez aucune possibilité de passer le relais pour souffler un peu (si vous êtes parent solo, par exemple), n’hésitez pas à en parler à votre médecin ou pédiatre.

2. Des pleurs survenant autour des heures des repas

Si votre bébé pleure systématiquement au cours de la tétée ou après celle-ci, plusieurs causes liées à l’alimentation de votre bébé et à sa digestion peuvent être évoquées :

  • Votre bébé a tout simplement encore faim et réclame plus de lait !
  • Un réflexe gastro-colique exagéré : ce réflexe naturel permet l’émission d’une selle après le repas. Chez certains bébés qui tètent un peu vite, sans pause ni rot, ou qui avalent beaucoup d’air en buvant leur lait, il peut s’avérer douloureux : plus votre bébé boit, plus il a mal au ventre, même s’il a encore faim.
  • Une intolérance au lactose : évoquez cette piste avec le pédiatre de votre bébé si les pleurs surviennent dans la demi-heure qui suit chaque tétée et s’accompagnent de ballonnements, de gaz, ou encore de selles liquides et acides.
  • Une allergie aux protéines du lait de vache (APLV) : outre les pleurs, elle peut se manifester chez les nourrissons non allaités par des symptômes très variés (digestifs mais aussi cutanés ou respiratoires), apparaissant plus ou moins rapidement après la prise du biberon.

Si vous suspectez une intolérance au lactose ou une allergie avérée aux protéines de lait de vache, il est indispensable de consulter le médecin de votre bébé afin d’établir un diagnostic précis. Lui seul saura vous accompagner dans la prise en charge de votre bébé.

3. Des pleurs survenant jour ou nuit, sans repère particulier

Dans ce cas, il peut être opportun de chercher une cause médicale comme une constipation douloureuse, une infection, ou encore un problème neurologique, métabolique ou génétique. Si les pleurs de votre nourrisson ne surviennent pas systématiquement le soir ou que vous ne remarquez pas de lien avec les horaires des tétées, il convient donc de le faire examiner par un professionnel de santé (médecin ou pédiatre). Une fois la cause déterminée de manière plus précise, il pourra ainsi vous conseiller au mieux afin de soulager votre bébé et vous prescrire un traitement si nécessaire.

À quel âge les coliques disparaissent-elles ?

Les coliques font généralement leur apparition rapidement après la naissance, entre la deuxième et la sixième semaine de vie du bébé. Il est possible qu’elles s’intensifient ensuite pour atteindre leur paroxysme entre la sixième et la huitième semaine. Elles disparaissent habituellement vers l’âge de quatre à cinq mois.

Comment soulager votre bébé de ses coliques ?

Les coliques du bébé sont sources de préoccupations et de questionnements pour bon nombre de parents. Il n’existe pas de médicaments spécifiques pour soigner les coliques. Le meilleur remède, c’est vous ! Votre présence aimante et rassurante reste la méthode la plus efficace pour apaiser votre bébé.

Mais certaines astuces existent pour soulager votre nourrisson :

Allaitement et alimentation

Si votre bébé est allaité, ne changez pas vos pratiques ! Le lait maternel est l’aliment de référence du nourrisson durant ses premiers mois de vie : il couvre l’ensemble de ses besoins et assure son bien-être digestif. Ce moment privilégié apaise les coliques ! Si la digestion de votre bébé semble perturbée (reflux, constipation, gaz…), nous vous invitons à consulter notre article Les troubles digestifs du bébé allaité.

Bon à savoir

En cas de pleurs et d’irritabilité excessifs, il est possible d’exclure de votre alimentation les produits laitiers pendant 2 à 4 semaines puis de les réintroduire si vous observez une amélioration des symptômes de votre bébé. Avant d’effectuer ce changement dans votre alimentation, demandez conseil à votre médecin.

Si votre bébé est nourri au biberon, évitez les multiples changements de lait infantile, et veillez à bien respecter les conseils de préparation des biberons : 1 mesurette arrasée de poudre de lait infantile pour 30mL d’eau (n’utilisez jamais la mesurette provenant d’une autre boîte de lait).

Il existe également des solutions nutritionnelles : si la cause des crises de pleurs de votre enfant a été identifiée, discutez avec son médecin des produits alimentaires les mieux adaptés pour apporter une réponse à cette dernière, comme un lait infantile à formule épaissie ou un lait infantile moins riche en lactose, par exemple.

Découvrez 5 conseils pour un petit ventre en pleine forme !

Peau-à-peau, portage et massages

La première chose à apporter à votre bébé pour tenter d’apaiser ses pleurs, est une ambiance calme : lumière tamisée, température modérée, ou encore musique douce seront pour cela de bons alliés !

Odeur, chaleur, voix rassurante… Autant d’éléments apportés par le peau-à-peau et le portage. Un moment privilégié à partager avec votre enfant pour lui apporter calme et tranquillité. Vous pouvez l’installer, en couche, tout contre votre torse nu, en position verticale, les jambes repliées comme dans une écharpe de portage, afin de bien respecter sa physiologie. Si cette position ne semble pas lui convenir, vous pouvez également installer votre bébé sur votre avant-bras, les jambes à califourchon, sa petite tête déposée sur votre bras opposé. Vous pouvez ainsi le bercer, ou encore vous promener. Aussi, rien de telles que des balades en porte-bébé ou en écharpe de portage pour apaiser votre tout-petit. Certains enfants apprécient particulièrement les trajets en poussette ou en voiture !

Pour soulager les coliques de votre nourrisson, vous pouvez également réaliser un massage du ventre pour le détendre, et ce de manière régulière. Avec deux doigts, effectuez de petits cercles croissants, dans le sens des aiguilles d’une montre, sur le petit ventre tendu de votre bébé.

Enfin, vous pouvez tenter la technique « Robert Hamilton », ce pédiatre californien rendu célèbre par sa méthode qui calme les pleurs du bébé en 10 secondes. Cependant, avant de tester cette technique seuls chez vous, nous vous recommandons de demander conseil à votre pédiatre, afin de vous assurer d’effectuer ces gestes en toute sécurité pour votre bébé. À vos marques, prêt, consolez !

Quand consulter un professionnel de santé ?

Si votre bébé mange bien et grandit bien, soyez rassurés, il est en bonne santé.

En revanche, si vous observez un changement de comportement de votre enfant, qu’il grossit difficilement, mange mal, vomit, a le ventre distendu, ou si d’autres signes apparaissent (reflux, régurgitations, difficultés d’émission des selles…), consultez votre professionnel de santé.

En cas de doute ou si ces symptômes persistent, n’hésitez pas à vous rapprocher à nouveau du médecin ou pédiatre de votre enfant. Vous pouvez également lui parler de votre propre ressenti, en tant que maman ou papa : les crises de pleurs et les cris de votre bébé sont fatigants et angoissants. Vous n’arrivez pas à le calmer, et cela vous inquiète, c’est tout à fait normal ! Vous pouvez vous impatienter face à cette situation que vous pouvez, par moment, avoir du mal à contrôler. Cela peut arriver, ne vous culpabilisez pas. Ajoutez cela au manque de sommeil lié aux nuits entrecoupées de réveils pour nourrir votre bébé, vous êtes tout simplement fatigué(e).

Si cela est possible, relayez-vous, entre parents pour prendre soin de votre bébé chacun à votre tour, ou demandez à une autre personne de vous aider. Si vous êtes seul(e), posez délicatement votre bébé dans son lit et changez de pièce. Dans tous les cas, essayez de prendre le temps de vous reposer !

separator-e8488ea2b5
LIRE PLUS

Chaque semaine, des conseils liés à votre étape

AVIS IMPORTANT

Le Laboratoire Gallia encourage l'allaitement maternel au moins jusqu'aux 6 mois de l'enfant en accord avec les recommandations de l'OMS. En effet le lait maternel est l'aliment le mieux adapté aux besoins spécifiques des bébés. Par ailleurs, la réglementation interdit aux industriels de l'alimentation infantile de communiquer sur leurs laits pour nourrisson (0-6 mois). Consultez votre médecin.

J'ai compris