ESHOP

Bébé fait des cauchemars

Certains troubles du sommeil comme les cauchemars ou terreurs nocturnes peuvent perturber bébé.

Un sommeil agité à cause des cauchemars

Les cauchemars et terreurs nocturnes

Votre enfant hurle en plein milieu de la nuit, il semble paniqué, a-t-il fait des cauchemars ou est-ce une terreur nocturne ? Voici la différence.

Les cauchemars surviennent pendant le sommeil paradoxal, souvent en deuxième partie de nuit c’est un mauvais rêve. Votre enfant se réveille apeuré et même s’il ne se souvient pas de quoi il a rêvé, ça lui a fait peur. Il a besoin d’être rassuré par un bisou, un mot ou juste une caresse pour se rendormir paisiblement.

La terreur nocturne contrairement au cauchemar survient toujours en 1ère partie de nuit. Votre enfant hurle, transpire, se débat… Vous n’arrivez pas à le calmer, il ne semble pas vous reconnaître et vous repousse. Mais, plus impressionnant que grave, il faut attendre que la terreur passe, votre enfant se calmera de lui-même et continuera à dormir. En effet, ces troubles du sommeil peuvent survenir lorsque l’enfant est angoissé ou suite à des changements de vie qui l’inquiètent (déménagement, changement d’école, séparation parentale…).

Passage au grand lit

Vers 2 ans votre enfant n’est plus un bébé !

Simon, dormait très bien jusqu’à ses 22 mois. Il a ensuite commencé à se réveiller fréquemment dans la nuit et il nous appelait sans cesse. Nous avons donc décidé de lui changer son lit et de l’installer dans un « lit de grand » comme il appelle. Les réveils se sont alors peu à peu calmés et tout le monde a retrouvé de bonnes nuits de sommeil

Marie, maman de Simon

Qu’il arrive à escalader ou qu’il refuse de rester dans son lit en pleurant, l’enfant commence à montrer son désir de passer dans un grand lit vers 2 ans… Et bien souvent, il arrête alors de pleurer pour s’endormir…

Et s’il se relève sans cesse durant son sommeil ?

Passer dans un grand lit ou baisser les barreaux laisse le champ libre à votre désormais « grand bébé », il peut sortir du lit et gambader à sa guise, et cela vous angoisse. C’est pourquoi, il faut simplement s’assurer qu’il est en sécurité dans sa chambre. Les barreaux n’étaient pas une solution pour qu’il reste dans son lit dans tous les cas, c’est en faisant preuve d’autorité et de fermeté que votre enfant comprendra qu’il ne doit pas se relever une fois couché et qu’il est l’heure de dormir. 

Le week-end, quand Simon se réveillait très tôt, il venait dans notre chambre. Pour lui expliquer qu’il devait rester un peu dans sa chambre tranquillement avant de venir nous voir, nous lui avons installé un réveil en lapin. Il a compris que tant que le lapin dort il doit rester dans sa chambre et ce n’est que lorsque lapin est réveillé qu’il peut venir nous réveiller aussi !

Marie, maman de Simon

Sources :
mpedia.fr
Les troubles du sommeil : fatalité ou maladie que l’on peut soigner ?

Partager cet article :

Avez-vous aimé cet article ?